Ses grands combles

En 1836, un incendie se déclenche dans les combles de la cathédrale, suite à l'imprudence d’ouvriers qui y travaillaient. Les travaux sont urgents : on décide alors de réaliser une charpente métallique qui sera un véritable modèle du genre.

 

Un incendie soudain

Le 4 juin 1836, la charpente de la cathédrale, surnommée la forêt en raison du nombre d'arbres qui ont été nécessaires pour la concevoir, s’embrase. La couverture d'alors était en plomb. On raconte qu'au moment de l'incendie, ce plomb coulait par les gargouilles sur les côtés. En regardant le tableau de François Alexandre Penot, peinture conservée au musée des Beaux-Arts de Chartres, on imagine aisément le côté impressionnant du sinistre qui a dû s’observer à des kilomètres à la ronde.

Les cloches situées dans le beffroi sont touchées. Certaines sont fracturées par la chute et donc irrécupérables. Seul le bourdon résiste au sinistre. Les raisons de l’incendie sont parfaitement connues : des plombiers qui étaient montés faire des travaux de soudure dans les galeries ont laissé leurs réchauds sans surveillance. Le vent, très présent tout autour de la cathédrale, a emporté une braise sur la charpente qui s’est enflammée rapidement. Fort heureusement, la voûte gothique a résisté au feu.

 

Du plomb au cuivre

Pendant quelques temps, la voûte de la cathédrale fut exposée totalement nue mais rapidement, les travaux se mettent en route pour préserver notre belle dame. L’immense charpente métallique est une des premières réalisées. Conçue comme une nef de bateau renversée, elle donne l’impression d’un immense zeppelin avec son enchevêtrement de poutres d’acier. Construite sous la direction de l’architecte Baron, elle fut un sujet d’admiration au moment de sa construction, car à cette époque, seules quelques rares structures, dont les théâtres parisiens étaient pensés de la sorte, pour résister au feu.

4 hommes sont à l'origine de cette prouesse du 19e siècle, siècle du fer. Mignon en fut le concepteur, Emile Martin le fondeur, Quenehen réalisa la couverture en cuivre (d'où la couleur vert-de-gris due à l'oxydation) et l'architecte Piébourg s'occupa de la maçonnerie. Les chartrains connaissent bien ce Piébourg puisque c'est lui qui réalisa le théâtre de Chartres.


Si vous passez par Chartres, ou si vous n'avez jamais tenté l'expérience, nous vous invitons à monter dans les grands combles pour voir cette structure impressionnante digne des zeppelins d'autrefois.