-A +A

Agriculture : mieux comprendre pour mieux consommer

Pour moi, prendre le temps de se ressourcer, c'est aussi prendre le temps d'être curieux sur le monde qui m'entoure.

Le compa : le premier musée de France consacré à l’agriculture

Quand on parle de la Beauce, on ne peut s’empêcher de penser à ses champs à perte de vue. Pour mieux en comprendre les enjeux du monde de l’agriculture, rien de mieux, pour moi, que de se rendre au compa à Chartres. Ce lieu mélange à la fois passé comme présent.  

Réaménagé en 2016, il nous donne des clés pour mieux se repérer dans le monde agricole d’aujourd’hui. Une agriculture qui, plus largement, est liée à nos habitudes de consommation et notre impact sur l’environnement.

À l’origine, il avait pour but de conserver notre mémoire agricole en retraçant son histoire avec :  

  • Une collection extraordinaire de machines dont l’une remonte même aux années 1800 ; C’est tout le parcours de la mécanisation qui se dévoile sous nos yeux.
  • Un cabinet de curiosité qui regroupe de belles photographiques d’époque, des œuvres graphiques représentant le monde rural mais également de nombreux jouets agricoles, la plus grande collection de France.

Ce musée de l’agriculture à Chartres ne se focalise pas uniquement sur les vestiges du passé mais aussi sur les préoccupations futures que posent le monde agricole. Il le fait à travers des installations numériques, des expositions éphémères ou encore des ateliers. À l’heure où l’on parle de mieux consommer, ce musée nous offre une belle fenêtre de réflexion. J’aime le fait que ce lieu fasse aussi bien cette passerelle entre l’agriculture d’antan et de demain, de manière aussi ludique.

Tractobrick © Arnaud Lombard

Finalement, tout le monde s’y retrouve. Si vous avez des enfants, des espaces leur sont tout spécialement dédiés et, ils ne pourront s’empêcher d’être impressionnés par les machines qu’ils croiseront

Pour les grands enfants que nous sommes, une part d’enfance est forcément réveillé en posant les yeux sur le Tractobrick. Inscrit au livre Guinness des records, il est composé de 800 000 pièces de Lego. Il a fallu 3 500 heures pour l’assembler, un travail mené par la société ERC – Briques. Quand je me rappelle de mes prouesses en construction, enfant, elles me paraissent tout de suite moins incroyables comme je le pensais à l’époque ! 

 

Des producteurs locaux pour manger sain

Après cette séance de méditation sur le monde d’aujourd’hui, je vous propose une pause toute en gourmandise autour de produits du terroir.

Rendez-vous dans les marchés de Chartres et alentours

Quand on habite en Eure-et-Loir, il n’est pas difficile de bien manger. Pour se rendre compte de la richesse de nos produits, première étape : le marché. Si vous habitez au cœur de la cité médiévale, la place Billard reste un incontournable. Le 11, cours Gabriel propose même des ateliers de cuisine avec une sortie à travers les étals de ce marché. Je vous conseille de ne pas perdre une minute pour réserver. Les ateliers de cuisine de Laurent Clément affichent souvent complet !

Par ailleurs, les marchés autour de Chartres ne manquent pas. Vous trouverez donc toujours de quoi vous régaler non loin de chez vous. Pourquoi ne pas allier mieux consommer et prendre le temps de se rencontrer ? En se rendant au marché, on se donne l’occasion d’échanger avec le producteur et d’en savoir plus sur ses produits.  Sinon, vous pouvez également vous rendre dans une cueillette comme à la Ferme du Verger, c’est une belle idée sortie pour le week-end. Faites votre choix à travers les légumes et fruits de saison qui n’attendent que vous pour être cueillis !



Enfin, si vous faites une virée shopping dans notre destination, plusieurs boutiques labellisés Terre d’Eure-et-Loir comme la Ferme Sainte-Suzanne ou la Brasserie de Chandres, proposent des produits identifiés issus de notre terroir. Prenez le temps de les découvrir !

Envie d’aller plus loin ? Certains producteurs, comme la Brasserie de Chandres, vous proposent de venir découvrir directement leurs sites de production. 

 

Focus sur la Brasserie de Chandres et de leur bière : l’Eurélienne

Une histoire de famille

Ici, c’est avant tout une affaire de famille. Avec l’Office de Tourisme, nous avons eu l’occasion de nous rendre dans la ferme des Crosnier, agriculteurs à Sours près de Chartres, pour en savoir plus sur l’évolution de la production de l’Eurélienne. L’histoire de cette bière commence en 2005 quand Vincent Crosnier lance une diversification de l’activité de l’exploitation familiale avec l’ouverture d’une microbrasserie.

Forte de son succès, depuis 2011, la Brasserie de Chandres connaît une forte croissance. Aujourd’hui, elle emploie toute la famille. Son frère, Anthony, a rejoint la production en 2012. Et, d’autres personnes ont été recrutés pour renforcer l’équipe selon les périodes. Dans le même temps, une réflexion se lance pour investir dans un matériel plus conséquent pour répondre à la demande. Dès à présent, ce sont 2 000 hectolitres de bière qui sortent de la production.

L’Eurélienne : une production artisanale

Plusieurs éléments entrent dans la composition de la bière Eurélienne. Parmi eux, on retrouve :

  • De l’eau : pour un litre de bière, cela nécessite 3 à 4 litres d’eau ;
  • De l’orge : 90% de l’orge utilisé pour la fabrication provient de la production de l’exploitation (dont du malté) ;
  • Du pilsen torréfié : la Brasserie de Chandres l’utilise en tant que base et permet de donner sa couleur à la bière comme la fermentation alcoolique ;
  • Houblon : c’est une plante provenant des plaines d’Alsace qui permet une bonne conservation de la bière mais qui lui apporte également une touche d’amertume et des arômes ;
  • Des résines de fleurs : elles confèrent des notes aromatiques ou amères ce que l’on souhaite à la bière
Brasserie de Chandres - © L'Eurélienne



La Brasserie de Chandres se place comme une exploitation toujours en recherche d’originalité. À la période de Noël, l’équipe réalise une bière adoucie au miel et au pain d’épices soit une bière brune mais allant jusqu’à l’ambre. Des produits qui sortent de l’ordinaire dont il est intéressant de voir les coulisses de la production. La brasserie propose des visites de l’exploitation d’une heure avec une dégustation de bières en fin de parcours. Des départs se font toutes les heures au niveau de leur boutique de 10h à 17h.

Vous l’aurez compris ? Notre destination est riche d’histoires qu’elles soient culturelles, artistiques comme gourmandes. Il suffit de prendre le temps de partir à leur découverte pour qu’elles vous transmettent de belles émotions et de nouveaux savoirs.

- Aude (Chartres Tourisme) 

 

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. a consommer avec modération