-A +A

Les fabuleuses histoires des maîtres-verriers de Chartres

Voici en 5 points ce qu’il faut retenir de nos maîtres-verriers à Chartres et dans ses environs.

Ils ont le sens de la famille

Quand on s’intéresse aux ateliers de maîtres-verriers de Chartres et de ses alentours, on se rend compte que plusieurs d’entre eux se sont construits sur une véritable histoire de famille : certains, depuis des générations et des générations, comme les Ateliers Loire, d’autres sont au début de ce partage de compétences de père en fils comme l’Atelier Picol ou l’Atelier Petit, et, d’autres encore, ont vu leur patrimoine familial perdurer grâce à la passion de repreneurs comme les Ateliers Lorin.

Ils ont le goût de la transmission

La transmission du savoir est donc au cœur de la démarche de chacun de ces ateliers. Il est intéressant de voir les parcours qui les unissent. Les Ateliers Lorin ont, par exemple, vu le passage de Gabriel Loire avant qu’il fonde son propre atelier. Pour sa part, Vincent Pascal a travaillé aux Ateliers Loire avant de se lancer à son compte. Si l’on retourne du côté des Ateliers Lorin, il est amusant de voir qu’il s’agit d’anciens employés de cet atelier historique de Chartres, qui ont fini par en prendre la direction avec la collaboration de la Ville de Chartres.

Ils ont chacun leur vision de l’art du vitrail

Vitrail réalisé par Vincent Pascal - © Vincent Pascal

Si la passion les anime, chaque maître-verrier dispose de sa propre vision sur cet art ancestral ayant traversé les âges. Leur démarche artistique est à l’image de leur parcours individuel. 

Si on s’intéresse au travail de Vincent Pascal, spécialisé dans la peinture sur verre et étant également graffeur, on s’aperçoit vite qu’il aime jongler entre la valorisation des techniques traditionnelles et l’apport de modernité permise par le travail de la peinture. C’est une symbiose entre deux univers, celui du vitrail et du graff, l’association de la rigueur et de la méthode avec la spontanéité et la liberté.

Chaque maître-verrier participe à sa façon au renouveau de l’art du vitrail comme à sa préservation.

Ils ont le goût de l’innovation

Par leurs spécificités, ces maîtres-verriers à Chartres et ses alentours ont tous la volonté d’innover. Certains furent de véritables pionniers dans leurs domaines, Gabriel Loire fut précurseur avec ses vitraux en dalle de verre. Une innovation qui a perduré dans les générations suivantes avec le développement de la brique Loire porté par son fils, Jacques.

Colombe de la paix - © Lumière de Verre


De son côté, Michel Petit a été l’un des pionniers dans le travail et la peinture du verre par thermoformage. Il a également parfait des techniques de restauration et de conservation de vitraux prestigieux. Une technique qui perdure avec son fils.

Aujourd’hui, l’Atelier Petit et Lumière de Verre travaillent toujours dans l’innovation avec une passerelle entre créations en verre et projection lumineuse. Ainsi, ils donnent vie à de véritables décors hauts en couleurs.

Les jeunes générations ne sont donc pas en reste. L’Atelier Picol avec notamment la technique du fusing, collabore avec un street artiste EZK. Ensemble, ils créent des œuvres originales faisant la liaison entre l’art urbain et celui du vitrail, comme peut le faire aussi Vincent Pascal, artiste pluridisciplinaire.

Ils ont l’art de vous surprendre

Quand on se penche sur ces artistes, on note également que plusieurs d’entre eux ont de nombreuses flèches à leur arc. Nous évoquions à l’instant, Vincent Pascal et le street art, mais il est loin d’être le seul.

Gabriel Loire avait, pour sa part, exploré d’autres formes d’art que celui du vitrail comme la céramique, la mosaïque, la sculpture ou encore le dessin. De son côté, Michel Petit est également un artiste complet, passionné par la sculpture et le dessin, avec notamment la réalisation d’œuvres d’art monumental.

C’est amusant de voir comme leur polyvalence a également nourri leur art.

Ils ont une aura qui dépasse les frontières

Ces ateliers ont aussi une renommée qui va au-delà de l’hexagone. En Europe voire dans le monde entier, les œuvres de certains d’entre eux sont reconnus.

  • C’est le cas des Ateliers Lorin. À Hô-Chi-Minh-Ville, on peut notamment découvrir une de leurs créations à la cathédrale Notre-Dame de Saïgon. Les vitraux originaux furent créés en 1880 par les Ateliers Lorin et furent restaurés par l’équipe ayant repris la direction des ateliers en 2018.
  • Les Ateliers Loire disposent aussi d’un rayonnement à l’étranger. Ils ont travaillé sur des chantiers à travers le monde : en Europe, aux Amériques, en Asie, en Océanie et en Afrique. Par ailleurs, les ateliers se sont aussi ouverts à d’autres artistes. Ce qui a permis notamment des collaborations avec des artistes internationaux comme le coréen Kim En Joong et l’espagnol Joan Miró.
  • Michel Petit a également réalisé quelques travaux de créations à l’étranger en Europe : en Angleterre, en Italie et aux États-Unis.

 

Vous l’aurez compris, si Chartres veut se donner le titre de capitale de l’art du vitrail, ce n’est pas pour rien. De nombreux artistes passionnés font le rayonnement de cette ville au cœur de l’Eure-et-Loir et permettent à l’art du vitrail d’être plus vivant que jamais.