-A +A

Le Séminaire des Barbelés

Lieu de mémoire européen, ce fut un camp de transit des prisonniers français entre 1940 et 1944.

Son histoire

Construit par l’armée française au début du 20e siècle, il devint au début de la 2nde guerre mondiale un camp de transit avant le départ vers l’Allemagne pour les prisonniers français. Les Allemands y enferment les tirailleurs sénégalais ou marocains captifs.

À la fin de la guerre, l’avancée rapide des alliés les obligèrent à installer d’importants camps de prisonniers. Ainsi, le "Camp d’enclos" compta jusqu’à 38 500 prisonniers allemands (Chartres ne comptait à ce moment qu’environ 24 000 habitants).

Lors de la libération de Paris par les Alliés, le 25 août 1944, l'abbé Stock se trouve à l'Hôpital de la Pitié à Paris. Il est fait prisonnier par les Américains. Après avoir été emmené dans l'immense camp de prisonniers de Cherbourg, il établit rapidement un contact avec l'abbé Rodhain et l'abbé Le Meur de l'Aumônerie Générale à Paris. Les entretiens portent sur l'action pastorale pour les prisonniers et éventuellement sur un projet de créer un séminaire pour des étudiants en théologie en captivité. Le séminaire des barbelés ouvre d’abord à Orléans le 24 avril 1945, puis, faute de place, le Colonel Gourut le transfère avec ses 160 séminaristes sous la tutelle de Chartres.

Ce site est exceptionnel par l’idée qu’il transmet : placé sous le patronage de l’université de Fribourg en Brisgau, son objectif était de créer un nouveau clergé allemand en vue de la reconstruction et de la réconciliation après-guerre. À noter qu’il reçut le soutien de Mgr Roncalli, futur pape Jean XXIII.

950 séminaristes sont passés de 1945 à 1947. 630 d’entre eux deviendront prêtres même si seulement une dizaine sera ordonné sur place.

La visite du séminaire des barbelés permet de découvrir l’histoire de l’Abbé Stock mais aussi, à travers des photographies et objets d’époque, l’histoire du site et des prisonniers allemands en France.

 

Sa fresque

Au fond du bâtiment de béton, se trouve la chapelle où l’abbé Franz Stock, assisté de quelques prisonniers, a peint une fresque d’environ 60 m². L’œuvre, située derrière l’autel, met en scène Saint Michel terrassant le dragon. Elle symbolise la France et l’Allemagne luttant contre la guerre. Au centre, on aperçoit une croix encadrée de la Vierge et de Saint Jean. On reconnaît, à droite, Saint Boniface, patron de l’Allemagne, précurseur de Charlemagne dans la recherche d’entente entre les Germains et les Latins.

Peu de temps avant la dissolution du séminaire, l’abbé Stock s’adressa aux séminaristes dans une allocution d’adieu :

Un nombre de saints voulus par la Providence suffira à sauver notre époque. C’est la Providence qui nous lance cet appel à la sainteté à travers la voix même de l’histoire et il nous faut l’entendre pour porter au monde le message de liberté, de paix, de salut et d’amour.

Après la fermeture du séminaire en 1947, Franz Stock redevient aumônier de la communauté allemande restée à Paris. Mais sa santé est très mauvaise, le cœur est gravement atteint et le 24 février 1948, il meurt à l’hôpital Cochin. Sa dépouille fut ramenée à Chartres en 1963 et sa tombe se trouve à l’Église Saint-Jean-Baptiste de Rechèvres.

 

Les travaux de restauration

La prochaine phase de mise en valeur du bâtiment abritant le "séminaire des Barbelés" au camp du Coudray prévoit plusieurs étapes :

  • Un aménagement de l’intérieur dans l’espace dortoir verra la création dun espace muséographique relatant l’histoire du site, la biographie et l’œuvre de Franz Stock et son influence dans la réconciliation franco-allemand après guerre.
  • Un aménagement du bâtiment voisin permettant l’accueil du public et particulièrement des groupes scolaires dans le cadre du Lieu de Mémoire Européen.
  • Un espace Europe pour la connaissance et la promotion des pays composant cette mosaïque culturelle ainsi que la diffusion des possibilités d’enseignement européens.
  • Cette période d’aménagement peut être soutenue par des dons a la Fondation du Patrimoine.

Vous pouvez suivre l’actualité de l’Association des Amis de Franz Stock qui œuvre pour faire connaître Franz Stock et conserver sa mémoire, faire découvrir la démarche de réconciliation entreprise au Séminaire des barbelés dès 1945 et permettre en ce lieu, le développement et le fonctionnement d'un Centre Européen de rencontre.