Le bleu de Chartres

Apparu au 12ème siècle, le bleu de Chartres est unique en son genre. Sa meilleure ambassadrice : la Belle Verrière, célèbre vitrail de la cathédrale.

Qui n'a jamais entendu parler du fameux bleu de Chartres unique et inimitable ? Pour nombre de visiteurs, c’est une des motivations premières pour découvrir la cathédrale et ses verrières du 12e siècle. Quelle est l’origine de cette couleur ? Quels vitraux de la cathédrale sont réalisés avec du bleu de Chartres ? Voici des questions qui ne resteront pas sans réponse à la lecture de ces quelques lignes.

 

Origine du bleu de Chartres

Pourquoi l’appelle-t-on "bleu de Chartres" ?

Tout simplement, parce qu’il n’y a plus qu’à Chartres que vous pouvez voir autant de verrières entières datant du 12e siècle. En effet, les autres cathédrales ont subi les dommages des guerres. A Chartres, les vitraux avaient été déposés et préservés. Et même si la basilique de Saint-Denis peut s’enorgueillir d’un panneau antérieur aux verrières de Chartres, la cathédrale beauceronne vous offre 4 verrières datant de ce milieu du 12e siècle.

Comment a-t-on procédé à sa création ?

Au 12e siècle, pour réaliser le verre bleu, les artisans-verriers employaient un fondant sodique dans lequel ils incorporaient du cobalt et auquel ils ajoutaient un opacifiant : l'antimoine ainsi que du cuivre et du fer. D'une nature très stable, le bleu ne s'altérait pas (ou très peu) : c'est lui qui compose le vitrail Notre-Dame de la Belle Verrière ou encore l'arbre de Jessé (verrière de la façade occidentale). Au 13e siècle, la composition du verre change : de sodique, il devient potassique. C’est de la cendre de hêtre qui est alors utilisée. Ce qui explique que nos vitraux du 13e siècle ont une teinte légèrement plus sombre.

Comment voir la différence entre les deux bleus : roman du 12e siècle ou gothique du 13e ?

Rendez-vous dans le déambulatoire, côté sud, vous pouvez admirer Notre-Dame de la Belle Verrière : la Joconde des vitraux. Les 3 panneaux représentant Marie datent du milieu du 12e siècle. Ils se trouvaient dans le chœur de la cathédrale romane. On sait que cette partie n’avait pas été totalement détruite lors de l’incendie de 1194 et le vitrail a survécu. Lors de la construction de la nouvelle cathédrale gothique, ces panneaux ont été enchâssés dans une grande verrière gothique. Observez la différence entre le bleu de la robe de Marie et le reste du vitrail. Le bleu roman vous apparaît plus lumineux et bien plus clair.

 

Quand photographier les vitraux réalisés avec du bleu de Chartres ?

Votre appareil photo s’impatiente : vous aussi, vous repartirez bien avec vos photos de ces verrières au "bleu de Chartres". Les 3 verrières occidentales n’attendent que vos clichés, de préférence en fin de journée, quand la lumière tombe un peu. L’arbre de Jessé ressortira dans toute sa splendeur. Notre petit plus : une petite observation toute simple que vous pouvez faire : il y a plus de bleu à droite, côté nord, et plus de jaune à gauche, côté sud.

Mais ne divulguons pas tous les secrets : une visite s’impose si vous souhaitez en connaître les raisons !