-A +A

Silvia Monfort : résistante en Eure-et-Loir

Si Jean Moulin est la personnalité connue de la 2e guerre mondiale à Chartres, Silvia Monfort participa, avec Maurice Clavel, à la résistance locale.

En parcourant le Chemin de Mémoire à Chartres, vous vous apercevrez que la 2nde guerre mondiale est une période qui marqua profondément la ville. Jean Moulin, bien sûr, reste la personnalité incontournable. En effet, c’est à Chartres que le courageux préfet fit son premier acte de résistance.

Ce que beaucoup ignorent, c’est que la comédienne Silvia Monfort fut également une des héroïnes de cette période cruelle.

Une surdouée dans la résistance

Fille d’un graveur sculpteur, Silvia, de son vrai nom Simone Marguerite Favre-Bertin, a, dès sa plus tendre enfance, montré de grandes aptitudes pour les arts et le théâtre. En effet, toute petite, elle écrivait déjà des pièces de théâtre qu’elle mettait en scène avec des figurines de plomb réalisées par son père. Enfant précoce, elle obtient le bac à l’âge de 14 ans. Elle entre à 15 ans dans la résistance.

Elle n’a que 17 ans quand elle rencontre celui qui deviendra son compagnon : Maurice Clavel. C’est un vrai coup de foudre et une histoire passionnelle qu’ils entament alors que la guerre commence.

Les amants résistants envoyés en Eure-et-Loir

C’est au printemps 1944 que les amants passionnés sont envoyés en Eure-et-Loir. Maurice Clavel est Sinclair. Le jeune normalien de 23 ans, plein de fougue, a pour objectif d’unifier toutes les factions dans le département. Ils arrivent alors à Auneau où Jean-Pierre Carlotti qui les hébergeait aura ces mots : "Clavel avait des pantalons effilochés, Silvia Monfort était vêtue d’un tapis et d’une jupette, avec des sandales grecques à lanière. Tout cela était très sympathique et très voyant".

Il est vrai que Silvia, avec sa chevelure blonde ne passe pas inaperçue. Un résistant local lui en fait un jour la remarque, ce à quoi elle répond pleine de fougue : "mais pourquoi ? Il ne m’arrivera rien".

Cette phrase sera d’ailleurs le titre d’un livre autobiographique qu’elle publie après la guerre.

Quand Chartres est libérée le 23 août 1944, Maurice Clavel et Silvia Monfort accueillent le général de Gaulle. Une photo célèbre montre d’ailleurs le Général sortir de la cathédrale en compagnie de "Sinclair" Clavel. Silvia Monfort est décorée de la croix de guerre associée à une citation à l’ordre de l’armée pour son courage extraordinaire.

La comédienne n’oubliera pas l’Eure-et-Loir et reviendra à plusieurs reprises. Par exemple, en 1946, au théâtre à Dreux, elle jouera Jeanne d’Arc de Charles Péguy au profit des familles des combattants tués dans les combats de la libération. Elle sera également présente plusieurs fois lors des commémorations de la libération à Chartres.

Chartres et son agglomération n’ont pas oublié la grande comédienne qu’elle fut en baptisant le lycée de Luisant de son nom. Petit clin d’œil : il propose une section théâtre.